Biographie

claire-galo-place-6515-12-novembre-2016C’est un problème, lorsque l’on est harpiste. Ces questions. Toujours les mêmes: « êtes vous sûre que l’on va vous entendre? », ou encore « Vraiment, il y a assez de répertoire à la harpe pour tenir un concert d’une heure et demie en soliste? », sans oublier, le meilleur: « Une heure et demie… rien que de la harpe… Et vous ne pensez pas que le public va s’ennuyer? »
C’est parce qu’elle était fatiguée d’entendre inlassablement cette réputation collée à son instrument que Claire Galo-Place a commencé à l’âge de 15 ans une carrière purement soliste pour promouvoir le répertoire virtuose de la harpe. A cette époque, elle venait juste d’obtenir sa médaille d’or au CNR de Douai dans la classe de Annie Desmarets et commençait un cycle supérieur avec Frédérique Cambreling (harpe solo à l’Ensemble Intercontemporain de Boulez) à Paris. Après avoir obtenu le premier prix de la ville de Paris, Claire Galo-Place est entrée en cycle de perfectionnement dans la classe de Béatrice Guillermin (soliste de l’orchestre de la Garde Républicaine) au conservatoire de Troyes. En 2001, elle est lauréate de la bourse Lavoisier du ministère de l’enseignement supérieur et du ministère des affaires étrangères pour poursuivre ses études aux Etats-Unis, dans la prestigieuse classe de Susan McDonald à l’Indiana University de Bloomington. Quelques mois seulement après qu’elle ait obtenu son master en harpe, elle est lauréate de la Nippon Harp Competition (Japon). Depuis, elle se produit dans de nombreux festivals et salles de concert : festival Les classiques de Villars (Suisse), Festival Etonnant Romantiques de Combourg (France), Festival Albert Roussel (Belgique), église de Saint-Julien le Pauvre (Paris), Festival Musique en Vivarais-Lignon, Festival Sillons de Culture, théâtre antique de Sabratah ( Lybia)… Mais Claire Galo-Place n’est pas le genre de soliste qui cherche uniquement à jouer dans des salles de plus en plus prestigieuse : elle aime aussi apporter sa harpe en des lieux inédits. Lors de ses deux dernières tournées de concerts  dans les Caraïbes, elle a joué sur des îles où une harpe classique n’avait jamais mis le pied.

Toujours guidée par cette volonté de montrer au public que la harpe est autre chose que cette forme étrange au fond de l’orchestre, Claire choisit ses programmes de récital pour révéler la large palette sonore et l’étendue du répertoire de son instrument. Tout à la fois, elle aime mettre en lumière des oeuvres ou des compositeurs oubliés (elle a fondé en 2008 l’Ensemble Jean Cras), et travailler avec des compositeurs sur des oeuvres nouvelles. Elle a crée en 2012 la Toccata de Omar Yagoubi. Elle prépare actuellement la première mondiale d’un concerto et d’une oeuvre solo du compositeur brésilien Caio Senna ainsi que le concerto pour harpe et le quintette de Françoise Choveaux.
Son premier album « Solo, les grandes oeuvres de la harpe virtuose » a connu un gros succès. Elle prépare actuellement deux albums solos « Black swan » et « Embarquement pour Cythère ».

Citations

« Elle est jeune, elle est talentueuse, et à l’image de son instrument, gracieuse et profonde dans son interprétation. »
Soualig’art – Delphine Gavach
« Le public est sorti du récital des étoiles plein les yeux et de magnifiques harmonies en tête. »
The Daily Herald
« une interprétation d’une finesse frémissante et d’une sensibilité qu’on ne pouvait plus adéquates. »
La Dépêche de l’Aube

Loreleï des temps modernes