La harpe en récital

Le métier de musicien interprète a deux sources de bonheur. La première, c’est la musique elle-même, goûter les oeuvres que j’ai sous les doigts. La deuxième, c’est le partage : transmettre cette musique qui m’émeut, faire connaître cet instrument qui me passionne. Je dis toujours que mon métier consiste à mettre mes gens en état de paix pendant une heure…. et à les laisser en éveil une fois le concert terminé.

J’ai à cœur de défendre la harpe dans sa dimension soliste et virtuose car le public n’a souvent qu’une vague idée de notre instrument, caché au fond de l’orchestre. On a tendance à considérer la harpe comme un instrument plus visuel que sonore… C’est pourquoi les concerts de harpe en soliste sont toujours un moment très spécial par les auditeurs: il y a la découverte, la surprise ( la harpe est en fait un instrument brillant, extrêmement virtuose et au son généreux) et bien sûr le caractère noble et magique de l’instrument lui-même.

922078_452858814808120_1611571757_o

Auprès des jeunes public, c’est particulièrement facile: la connotation féérique de l’instrument fait éclore immédiatement des : « Oh… c’est beau! ». Auprès des plus grands et bien plus encore auprès des non mélomanes, c’est plus compliqué : s’il ressort toujours ébloui du récital en solo, il est certes plus facile d’attirer le public à un concert en duo. Cependant, cet instrument a tellement à dire que cela vaut bien la peine de continuer à militer pour la harpe en récital soliste.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je dis toujours qu’il faut passer par l’esprit pour arriver au coeur. Combien de fois n’ai-je pas entendu à la fin d’un concert  » je croyais que la musique classique, ce n’était pas pour moi : je n’y connais rien ». Si mes concerts sont bien souvent thématiques, si j’introduis chaque oeuvre dans son contexte historique, c’est pour donner quelques « clés » simples à l’esprit. Après, le coeur peut s’émouvoir.

11802564_1059249554085194_5525640461854413942_o

Loreleï des temps modernes